Carnet de route de Julia #1

Depuis le lancement du site Miwitipee, il faut bien avouer que nous ne sommes pas très assidus sur ce blog. Cela nous a pris beaucoup de temps et de longues discussions pour savoir qu’est ce que l’on voulait partager ici avec vous et surtout comment le faire.

C’est parce que chacun des objets qui sort de notre atelier est chargé d’un peu de nous que nous avons décidé de prendre la parole ici à tour de rôle pour vous raconter notre histoire. Et vous l’aurez compris, c’est moi qui commence (:
Alors pas de panique, même s’il est parfois difficile de bien voir la limite entre la vie privée et la vie professionnelle quand on se lance corps et âme dans l’aventure entrepreneuriale, il ne sera jamais question ici de vous raconter nos aventures les plus intimes ou nos vilains secrets inavouables. Déjà parce que l’on pense que ça n’intéresse personne et ensuite parce qu’au travers de ces articles “carnet de route” le fil rouge sera de répondre à une question que l’on nous pose très souvent : “D’où ça vient Miwitipee ?”

Je me sens toujours prise au dépourvu face à cette question et je ne réponds jamais rien de bien génial, même si depuis le temps je devrais avoir trouvé une réponse à couper le souffle. Le problème c’est qu’il n’existe pas de réponse facile à cette question, surtout en deux minutes et puis je me vois mal répondre “assis-toi, je vais tout te raconter”… Mais comme là, il y a de grandes chances que vous soyez déjà assis, je vais vous en raconter un petit bout.

Le début de Miwitipee est loin d’être hollywoodien, je n’ai pas eu de déclic en manquant de me faire renverser par un bus ni même rencontré une voyante qui a changé ma vie ou vu un petit tipi apparaître dans le marc de mon café (surtout que mon truc à moi c’est le thé). Pour tout vous dire, les déclics je n’y crois pas vraiment et je n’aime pas l’idée que c’est le départ d’une aventure qui l’a défini dans son entièreté, parce ce que ça ne laisse que trop peu de chances à ce que lui réserve l’avenir.
J’ai toujours fait ça, créer des trucs et des bidules, dessiner des petits personnages et leur inventer des histoires, fabriquer des cadeaux pour les gens que j’aime afin qu’ils aient un objet chargé de tout l’amour que je peux y mettre. C’était donc assez logique pour moi d’ouvrir une boutique etsy pour y mettre quelques pièces (des bijoux à l’époque) pour voir ce qui allait se passer.

Ça me paraît tellement loin et pourtant c’était en 2014… Il y a seulement 3 ans ! Ça me paraît loin parce qu’à mes yeux tout à vraiment commencé quand mon père m’a proposé de me rejoindre pour unir nos forces et nos idées un soir de grand désespoir sur l’avenir de Miwitipee. C’est là que pour moi tout ça à vraiment pris du sens : Faire ce que l’on aime avec quelqu’un que l’on aime et le faire de son mieux.
Alors bye-bye les bijoux, les personnages et les histoires loufoques sont de retour ! Et en famille s’il vous plaît !


Vous voyez, le début de l’histoire ne fera pas un bon film… Parce que ce qui compte réellement n’est pas pourquoi nous avons commencé mais pourquoi nous le faisons, aujourd’hui et tous les jours. C’est chaque pas qui compte, c’est comme ça qu’on avance, peu importe d’où l’on part et pourquoi.
Fabriquer tous ces objets c’est ma manière à moi de proposer une alternative à une industrie qui me convient pas et de vous en faire profiter parce que je pense être tout l’opposé d’une exception sur ce sujet. C’est aussi ma manière de m’évader vers de joyeuses contrées imaginaires et de vous emmener avec moi. Mais c’est surtout ma manière de célébrer la vie et toute sa beauté et de vous inviter à la fête… Je n’ai pas d’autre prétention que de vouloir offrir des sourires, de belles émotions et de vous aider à vous sentir encore mieux chez vous. Voilà pourquoi je fais tout ça.

Alors voilà, peut-être que ça ne suffit pas pour créer une entreprise, seul l’avenir nous le dira. Mais tant que je trouverai un sens à mes pas, même un tout petit, je continuerai de marcher, avec mon père et vous à nos côtés. D’après Paul Éluard, “il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous” et je compte bien n’en rater aucun, alors je marche, même si pour cela il faut accepter quelques erreurs de parcours et quelques incohérences en chemin. Mais ça c’est une autre histoire.

D’ici là je vous embrasse,
Julia

PS : Les photos des bijoux ont été prise par la giga géniale Lina Bloyer ! Allez découvrir son travail juste ici !

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *